Marchak, un anniversaire au Ritz

Publié le par Lynda BOCCARA

Alors que débute cette année dédiée à la Russie, nous célébrons également les 90 ans de présence à Paris du joaillier Marchak.

bijou-ancien-marchak-paris--640x480-.jpg

C’est en 1878 que la maison Marchak est fondée à Kiev. Comme son célèbre concurrent installé, lui, à St Pétersbourg, Marchak crée pour le Tsar, et est surnomé le « Cartier » de Kiev. A la révolution de 1917, la famille s’enfuit de Russie, s’installe à Paris et ouvre en 1920 une boutique au numéro 4, rue de la Paix, aux côtés de ses pairs.

bijoux-creation-marchak-bijoux2--640x480-.jpg

90 ans plus tard, la maison Marchak est de retour Place Vendôme et présente depuis le début de l’année une vitrine dans le prestigieux et incontournable hôtel Ritz.

broche-grenouille-marchak-bijoux--640x480-.jpg

MARCHAK (sur RDV)
41, RUE DE RICHELIEU
75001 PARIS
TEL. : 01 42 96 20 90

www.marchak.fr

Marchak – Une année très russe !

broche-sculpture-corail-marchak-bijoux--640x480-.jpg

2010 est l’année France-Russie et l’occasion rêvée pour Marchak de renouer avec ses origines russes. La marque fut créée à Kiev en 1878 et fabriqua pour le Tsar et sa cour.

3-MA-Bro-Princesse-Grenouille-MM-150x150.jpg

Une nouvelle collection – Toujours en hommage à la mère patrie, Marchak nous dévoile sa nouvelle collection dédiée à l’imaginaire des contes russes anciens et modernes. Des ours « Michka » en vison et museau d’onyx, des « Princesses grenouilles » en pierre de lune et or jaune, mais aussi des contes modernes comme celui des « Douze Mois » écrit dans les années 1960 par un membre de la famille Marchak, Samuel Marchak. Il s’agit d’une série limitée de 12 bagues en or, diamants et laque « Nuage de Palekh », la fameuse bague emblématique de la maison. Chacune d’entre elles évoque un mois particulier  de l’année grâce à des couleurs et des nuances de laque à chaque fois différentes et est présentée dans une boîte laquée provenant de la célèbre ville de Palekh, capitale russe de la laque ! 

Publié dans Marchak

Commenter cet article