Le Rubis

Publié le par tendance-joaillerie.over-blog.com

dior_rubis__medium__H161320_L.jpg

Le petit frère du saphir est la pierre précieuse la plus chère car rare. Un rouge incomparable en a fait la pierre des rois et autres souverains. Le rubis doit d’ailleurs son nom et son renom à sa couleur, du latin "rubeus" qui veut dire rouge.
 
Particularités
 
Le rubis fait partie, avec le saphir, de la famille des corindons. C’est une pierre précieuse très rare caractérisée par sa couleur rouge, qu’elle doit à la présence d’oxyde de chrome. Son rouge se décline du rosé au pourpre ou au rouille, selon les proportions de chrome et de fer que la pierre contient. Pendant des milliers d’années, le rubis a été considéré comme une pierre précieuse de la plus haute valeur au monde, adopté par les rois, maharadjas et autres souverains. Il possède tout ce qui fait d’une pierre qu’elle soit précieuse : une couleur merveilleuse, une dureté remarquable (seul le diamant est plus dur) et un éclat éblouissant.
 
Vallées de Rubis
 
Le rubis se forme à une profondeur de 25 à 50 km. On le retrouve en galets roulés dans les dépôts alluvionnaires ou niché dans les roches calcaires. On a longtemps considéré l’Inde, dont la littérature témoigne d'une grande connaissance, comme la terre classique des rubis. Sa Selon sa terre d’origine, la pierre revêtira différentes nuances. 
Les plus beaux rubis proviennent de Birmanie, où se trouve le fameux gisement de Myanmar. Ils sont d’un rouge généreux, dit « sang de pigeon », au mini reflet très légèrement bleuté et à l’éclat incomparable. Ceux de Thaïlande, source principale, sont d’un rouge foncé à tendance brunâtre ou violacée. Ceux d’Afghanistan, du Pakistan et du Vietnam sont rouge vif. Ceux d’Inde, de Caroline du Nord ou d’Australie sont foncés et parfois même opaques. Les rubis de Ceylan au Sri Lanka, qui sont devenus très rares, étaient généralement de couleur claire, un peu comme des framboises mûres. L’Afrique orientale est devenue un producteur après la découverte surprise dans les années soixante de gisements au Kenya et en Tanzanie. Leur couleur est remarquablement belle et va du rouge clair au rouge soutenu.
 
Critères de sélection

Qu’est-ce qui distingue un rubis de grande qualité ? 

  • D’abord sa couleur. Plus le rouge est vif et intense, plus la pierre a de la valeur. La couleur la plus recherchée est le rouge « sang de pigeon » caractéristique des rubis birmans.
  • La pureté est également un facteur important : plus un rubis est transparent et sans défauts, plus il est précieux. Cependant, tous les rubis naturels possèdent des inclusions, dues au chrome. Seuls les rubis synthétiques artificiels peuvent donner l'impression d'être parfaits. Les inclusions constituent donc une sorte de garantie naturelle et n’affectent pas la qualité du rubis sauf si elles nuisent à sa transparence ou si elles se situent en plein centre de sa table. Certaines pierres ont un superbe reflet satiné, c’est ce que l’on appelle la « soie » d’un rubis.
  • Autre facteur de poids : la taille ou découpe de la pierre. Seule une taille parfaite peut mettre en valeur sa beauté et son éclat. Souvent on le taille en ovale pour plus de transparence, mais il peut aussi être taillé de façon mixte, émeraude ou cabochon (surtout s’il présente des inclusions formant une étoile).
  • Enfin la grosseur de la gemme est le dernier facteur qui fait hausser son prix. Le rubis aura toujours un prix relativement élevé à cause de sa rareté. Les beaux rubis d’un poids dépassant 3 carats sont tout à fait exceptionnels.
  • Purs, de bonne couleur et de dimension notable, ils peuvent alors atteindre dans les ventes aux enchères des prix record, dépassant ceux du diamant.

Ne pas confondre !

Depuis l’expérience du français Auguste Verneuil en 1902, il existe des rubis synthétiques. Celui-ci mit au point « la méthode Verneuil » en exposant à la flamme d’un chalumeau de la poudre d’oxyde d’aluminium et un colorant rouge. Ces pâles copies sont néanmoins différenciables par leur reflet quasi éteint et leur couleur terne. 
Avant le XIXème siècle, on pensait que grenat et spinelle rouge étaient des rubis. Une confusion due à la couleur. Le spinelle, pierre moins dure, peut être d’un beau rouge sang et on peut le trouver dans les mêmes formations géologiques que le rubis. Le grenat, encore moins dur, peut également adopter un rouge proche de celui du rubis mais n’aura pas le même éclat ni la double réfraction qui le caractérise.
Un doute sur la véritable nature de votre rubis ? Une observation suffira au gemmologue pour différencier le vrai rubis des grenats, spinelles, verres et autres usurpateurs. Le spectroscope qui met en évidence le spectre d’absorption (les couleurs de la lumière que la pierre absorbe) de chaque gemme permet de différencier une fois pour toute des pierres de même couleur.

Entretien

De la même façon que pour le saphir, un nettoyage à l’eau savonneuse (bien rincée et séchée au chiffon doux) suffit. On évite tout contact avec le diamant qui peut le rayer. Pour retrouver l’éclat des premiers jours, un petit tour chez votre joailler pour un repolissage express !

Publié dans Thématique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article